Architecte ou technicien en architecture ?


Mon bon ami Paul B. Goulet , président de GO Relations Publiques, me refile très souvent des articles de journaux ou de magazines traitant de sujets touchant l’industrie de la construction. Son aide vient compléter ma vigie et je l’apprécie.


Ce soir, il vient de m’envoyer une copie d’un article paru dans le Cahier Mon Toit de la Presse du 30 décembre 2010 intitulé: « Se passer des Architectes est un non-sens » et ces mots viennent du Président de l’Ordre des Architectes du Québec, M. André Bourassa.


L’article m’a surpris et m’a fait sourire car on y dit, entre autre, que les « Les sols, le zonage, l’efficacité énergétique, le bon emploi de l’eau, l’utilisation de matériaux sains et durables, la correspondance sûre aux besoins des acheteurs, la fragilité des écosystèmes, le respect des paysages naturels et urbains aussi bien que du patrimoine collectif, l’intégration des résidences à l’environnement tout en étant créatives et le renouvellement du design auquel les jeunes générations aspirent sont autant de raisons qui fondent, selon lui, l’intervention impérative des architectes » …


Est-ce que tous ces éléments sont de l’exclusivité des Architectes ?! Absolument pas ! Une entreprise comme Plan Maison Québec n’embauche aucun architecte et nous sommes capables de faire tout ce qui est énuméré dans la liste de M. Bourassa et même plus: Plan Maison Québec est apte à faire économiser les clients car un plan chez nous coûte beaucoup moins cher qu’un plan d’architecte tout en étant complet et prêt à construire. Si le client désire un plan entièrement personnalisé et maximiser l’efficacité énergétique de sa nouvelle demeure, nous pouvons offrir tous ces services et nous en avons la preuve avec des réalisations complètes.


Je comprends l’intervention de M. Bourassa car, c’est de bonne guerre, il protège l’Ordre qu’il préside. Je ne peux cependant demeurer silencieux face à des affirmations qui font croire aux lecteurs que seuls les architectes peuvent leur construire quelque chose de bien. Cette « socialisation » d’une industrie me fait peur un peu. Je ne pense pas que le problème premier de l’industrie de la construction soit l’architecture résidentielle… M. Bourassa est un peu comme le gouvernement Charest: il fait de la diversion au lieu de s’attaquer aux vrais problèmes.


Je suis un apôtre de l’ouverture et de l’honnêteté et j’aimerais bien que l’Ordre des Architectes en fasse autant; sachez que je connais beaucoup d’architectes et que je respecte cette profession. Je suis absolument d’accord avec une grande partie de ceux-ci qui se demande à quoi joue leur Ordre… Parlez aux architectes et demandez leur opinion face à leur Ordre, vous verrez...



Lorsque M. Bourassa nous dit que dans certains pays européens, il n’y a pas un mètre carré à construire qui n’oblige pas l’implication d’un architecte, il n’est pas sans savoir que la prériode pour l’obtention des permis de construction dans ces mêmes pays va au-delà de deux ans et ce, en grande partie, à cause de la lenteur des architectes et des municipalités impliquées. Parlez aux entrepreneurs européens et aux citoyens, ils envient notre système rapide d’obtention des permis résidentiel et, à ce sujet, j’appuie l’APCHQ à 100%.



Comme je l’ai expliqué dans de récents billets, je suis d’accord avec M. Bourassa que le secteur résidentiel soit légiféré et que le citoyen soit protégé. Les membres de l’Ordre des Technologues Professionnels du Québec (OTPQ) peuvent très bien effectuer ce travail. Notre entreprise embauche de leurs membres et nous sommes fiers de nos 37 ans d’existence au service des entrepreneurs en construction et des consommateurs. Quant à l’intégration architecturale et les autres éléments numérés, il en va des municipalités impliquées de légiférer en ce sens et de collaborer avec les fournisseurs de services d’architecture.



Bref, on se retrouve dans une situation où, encore une fois, seul l’Ordre des Architectes aimerait voir les Architectes exclusivement dans un secteur d’activités… Même vos propres membres, M. Bourassa, aimeraient bien collaborer avec une entreprise comme la nôtre mais vos règles leur en empêchent…



Certains se spécialisent dans le « tournage en rond » et je serai toujours un « empêcheur » de cette activité de plus en plus présente auprès des politiciens et de certains organismes… ou Ordre.

©2019 PLAN MAISON QUÉBEC

Site web par boxcom.ca